Tranches de vie

Julie et Mélissa, 20 ans déjà

Poster un commentaire

Le 24 juin dernier marquait le tristement célèbre anniversaire de la disparition de Julie et Mélissa, 8 ans, enlevées par Marc Dutroux à Grâce-Hollogne. Je m’en souviens encore très bien, parce que j’allais avoir 6 ans et que les deux gamines étaient donc à peine plus âgées que moi. Je ne pouvais m’empêcher de penser : et si ça avait été moi ?

Beaucoup de choses ont changé après cette date. Les enfants ne pouvaient plus aller jouer trop loin de la maison trop longtemps. On devait revenir régulièrement pour montrer que tout allait bien. Et puis de toute façon, on n’osait plus. Tout le monde nous disait de se méfier, surtout quand quelqu’un nous proposait un bonbon ou quelque chose du genre. Désormais c’était comme ça, les enfants avaient peur dès qu’ils sortaient de chez eux.

Et puis il y en a eu d’autres, après Dutroux. Beaucoup trop. Mais Julie et Mélissa, c’était à part. Je ne l’ai appris que bien plus tard, mais cette affaire a fait changer beaucoup de choses en Belgique, comme la disparition de la gendarmerie et de la police judiciaire pour ne former qu’une seule police fédérale. Bien plus efficace. Mais bien sûr, cela n’a pas empêché les psychopathes et pédophiles de s’en prendre toujours à des êtres innocents, à des enfants. Les derniers qui sont restés gravés dans ma mémoire sont Stacy et Nathalie, disparues en juin 2006, à quelques kilomètres à peine de chez moi. Ces petites ont vite été retrouvées, mais il était déjà trop tard, évidemment. Je m’en rappelle, on a de suite comparé cela à une nouvelle affaire Dutroux – cela dit, quelle affaire pourrait être aussi grave que celle de Dutroux ?

Aujourd’hui, je n’ai rien oublié de tout cela, mais je vois les choses autrement. J’ai toujours aussi peur, ça ça ne change pas. Mais je suis encore plus dégoûtée qu’auparavant. Et je ne pourrai jamais concevoir que des hommes qui ont commis de tels actes pourraient un jour prétendre à une liberté conditionnelle et une réinsertion dans la société. Non, ce n’est pas possible. Surtout quand on sait que quelqu’un comme Dutroux était récidiviste. Ces gens-là sont sans espoir et ils sont bien mieux là où ils sont, en prison.

Ça serait tellement plus simple si tout le monde se comportait correctement.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s